Le post-pubère et sa lutte pour l’économie d’énergie

14 Sep

Les post-pubères qui se promènent en bas de chez moi, mannequin masculin en plastique habillé d’un bikini rose et blanc motif fleurs hawaïennes en main, me font penser… à ceux qui vivent en face de chez moi. Septembre, mois de toutes les rentrées, y compris celles des écoles, universités, associations étudiantes… Et par conséquent des activités annexes.

Certes, nous ne sommes pas encore rendus aux manifestations des campus universitaires américains et de leurs confréries, tels qu’un marathon à poil, jeux olympiques des maisons, soirées à thèmes, etc. Ceci dit, je soupçonne les faiseurs de bruits du jour d’aspirer à tisser des liens entre eux aux travers de ce genre d’activités !

Hein ? Pardon ? Le post-pubère ? Vous ne connaissez pas ? Ha oui, non tout est dans le titre… C’est le « post-adolescent » ! Oui je mets des guillemets, car c’est assez relatif dans certains cas. Le post-pubère, bac en poche, intègre une université, une école ou autre établissement post-bac. Il prend un appart d’étudiant, loin de papa maman. Et tout frais de sa récente liberté en profite pour faire tout un tas de choses bruyantes.

J’ai récemment identifié un nid qui prolifère juste de l’autre côté de ma rue. Séparés d’une rangée de places de parking, d’une voirie à double sens, d’une nouvelle rangée de places de parking, le tout entouré de deux trottoirs, mes post-pubères et moi-même vivons de grandes soirées tous ensemble.

Je ne connais pas leurs noms, je ne connais pas leurs études, je ne connais pas leurs goûts culinaires, je ne connais pas la marque de leur voiture, ni même s’ils en ont une, je ne connais pas leur ville de naissance, je ne connais pas leur histoire personnelle… Mais je connais leurs soirées, leurs amis, leurs musiques assourdissantes et certaines de leurs pratiques dans ce genre de circonstance.

Y a plus de jeunesse mon pauvre ami. Y a plus de jeunesse j’vous dis ! Alors oui, je fais ma vieille conne. Je râle, je me plains, je chougne (argot local pour pleurnicher). Mais je sais pas… je me dis parfois, qu’à 4h du matin un peu de calme c’est cool pour pouvoir cauchemarder en paix ! On reviendra une autre fois, un autre jour sur le contenu de mes terreurs nocturnes (attaque de parcmètre zombie, la fuite des savons, un ongle écaillé, ne plus avoir que des lentilles pour se nourrir, pénurie internationale de cigarettes…).

Bref, deux mois d’été, deux mois pendant lesquels ils avaient rejoint leurs géniteurs, à l’extérieur de la ville, loin de chez moi. Deux mois de paix. Deux mois sans fiesta par procuration dans mon salon. Deux mois sans eux ! Ben oui, mais bon, voilà… rentrée… retour du post-pubère ! Muchas gracias ! Faut fêter ça !!!

Et c’est reparti. Peu importe le soir, je retrouve ma bande de joyeux lurons fenêtres grandes ouvertes en train de sautiller, au milieu du salon d’en face sur Apologie de Matmatah. Ouais ouais… jusque là ça reste classique… pas très original, mais bon, si on omet leurs hurlements primaires qu’ils appellent du chant, ça passe ! Sauf que bon… le post-pubère a soit beaucoup d’humour, soit des goûts de merde. J’entends tout à coup retentir… du Johnny Hallyday ! WTF !? Ils veulent ma mort ?

Pendant que je me désespère lentement dans mon salon, que je rampe de plus en plus faible en direction de la fenêtre pour la refermer, ils m’assènent le coup final. Un des convives attrape une guitare, et la torture pour accompagner lamentablement le mp3. Je m’effondre.

In extremis, alors que j’allais rendre mon dernier souffle, la chanson prend fin. J’ai juste le temps de me munir de boules quies. A défaut de pouvoir dormir et vivre tranquillement, je profite de l’occasion pour mener une étude éthologique sur les post-pubères.

Ils apprécient généralement de réunir le troupeau autour de l’alcool. Celui à qui appartient la tanière du rendez-vous en prévoit quelques récipients qu’ils disposent dans la salle la plus grande. Tour à tour, les post-pubères arrivent également les bras charger de récipients à alcool et/ou de poches à cacahuètes et autres gâteaux apéro !

Il arrive parfois qu’un post-pubère arrive les bras vides. Il est accepté au sein de la communauté et affublé du nom de pic-assiette pour une durée indéterminée (cela dépend apparemment de la fréquence de son manque de courtoisie envers le reste du troupeau).

La musique qui retentit bruyamment 30 minutes minimum avant l’arrivé du premier post-pubère augmente régulièrement de volume au fur et à mesure de la soirée. Cela pousse les post-pubère à monter également le volume sonore de leur propre voix afin de communiquer entre eux.

Tout au long de la soirée, ils ingèrent des quantités monstrueuses d’alcool et de chips. Les facteurs d’arrêt d’ingestion sont :

  • l’endormissement du sujet dans un coin quelconque (canapé, fauteuil, tapis, baignoire, table de la cuisine, la cuvette des toilettes, etc.) de la grotte,
  • le vomissement lié une ingestion ayant surpassé les capacités du sujet (parfois suivis d’un endormissement à proximité de la galette),
  • la fin des stocks disponibles,
  • un endormissement profond nécessitant l’intervention des pompiers,
  • une intervention de la Police suite à une plainte des grottes voisines.

Ingérer d’aussi grande quantité d’alcool provoque chez nos sujets mes voisins des comportements récurrents :

  • striptease de la communauté féminine présente,
  • dansage debout sur table, canapé, fauteuil, tout ce qui leur permet d’être en hauteur par rapport au reste de l’assemblée,
  • roulage de pelle en bonne en due forme, avec pelotage, et débutage de mise à nue de la demoiselle au milieu de la précédente assemblée.

En d’autres termes, je ne vois franchement pas l’intérêt d’émissions telles que Secret Story. Suffit d’ouvrir sa fenêtre et de regarder de l’autre côté de la rue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :