Je ne peux pas, je sèche

21 Oct

Bien le bonsoir à toutes. Oui oui, j’ai bien dit toutes. Effectivement, cet article est spécifiquement féminin ! Non pas que cela ne puisse intéresser la gente masculine, mais tout simplement parce que ce soir, je me sens d’humeur fifille et je vais aborder le sujet brulant du vernis à ongles !

Alors, oui, je ne dis pas, ça me ferait plaisir messieurs que vous preniez le temps de lire la suite, mais je ne vais pas vous retenir, si vous avez mieux faire, fermez cet onglet de suite. Ceci dit, vous pouvez lire la suite : vous comprendrez pourquoi on craque un câble quand on écaille notre vernis !

Dans la continuité des avertissements, je tiens également à vous mettre en garde sur le contenu : c’est un article à paillettes, il est rose, pleins de froufrous et ça va un peu piquer les yeux si tu n’es pas préparé. C’est un coup à te filer la gerbe sans l’avoir senti venir.

Bien. On peut commencer !

Alors voilà… J’ai les ongles longs ! Il m’aura fallu quelques années pour arrêter de les ronger, mais maintenant, c’est cool, j’ai les ongles longs ! Le soucis, c’est qu’un ongle long, ça se retourne, ça casse, ça fait un peu ce que ça veut.

Et bien figurez vous, que pour protéger ses ongles, il y a un truc tout con, c’est de mettre du vernis !!! Si je vous jure ! C’est Mac Lesggy qui l’a dit : ça protège de l’eau qui ramollit nos ongles, des chocs quotidiens, etc.

Et voilà donc une excellente raison de se faire plaisir en se tartinant les ongles de vernis ! Du coup, je fais ça bien, j’attaque directement par une french manucure.

Et c’est là que ça devient marrant. Il faut s’armer de courage et de patience. Je n’ai pas moins de 5 pots de vernis alignés devant moi. Évidemment, comme dit deux phrases plus tôt, ça va être long (cf la patience !), je prépare donc le terrain pour tenir le choc :

  • faire une théière et une cafetière,
  • sortir une tasse, une petite cuillère et du sucre,
  • vider le cendrier et ouvrir un paquet neuf (sortir deux trois cigarettes pour éviter d’accrocher le vernis pendant le séchage),
  • sortir un verre et une bouteille de vin,
  • allumer la télé et déposer la télécommande sur la table basse.

Champs de bataille OK ! On peut attaquer.

Donc je commence par appliquer une couche de vernis lissant anti-âge pour prendre soin de mes ongles chéris. Je secoue mes mains (ou bat des ailes comme une poule, c’est toi qui vois le potentiel de ridicule que tu veux m’attribuer) pour qu’elles sèchent. J’en profite pour me servir une tasse de thé.

Comme ça sèche assez rapidement, j’applique une couche de soin blanchissant (oui je fume et ça jaunit les ongles et puis je la trouve marrante cette couche là : ça capte la lumière noire et te fait les ongles blancs en soirée). Je bois mon thé et fume une cigarette. Hum, ça y est c’est sec !

Ha oui, mais là : ça se complique ! On attaque le blanc ! J’ai choisi un blanc pastel, qui ne fait pas blanco… Genre j’ai trempé le bout de mes ongles dans du tipex, personnellement sur moi, j’aime pas ! Bref, quoiqu’il en soit, il s’agit de l’appliquer correctement, sur le bout de l’ongle… Concentration oblige, ça prend du temps tout ça. Attention, ne pas déborder. Je fais une pause tout les deux ongles pour boire quelques gorgées de thé, fumer une cigarette, remplir une tasse de café, en boire quelques gorgées, fumer une autre cigarette. Et merde j’ai débordé ! Dissolvant, coton, on efface. On remet le soin anti-âge. Il sèche. Le soin blanchissant. Il sèche. Je vide la tasse de café. J’applique le blanc. Ouf nickel.

Je me sers un verre de vin pour fêter ça. Pendant que ça sèche (oui plus ça va, plus c’est long à sécher… sûrement un ratio par rapport au nombre de couche de vernis, je ne sais pas vraiment), je vide le verre de vin, me sert un autre thé, fume quelques cigarettes, le tout en battant des ailes les doigts bien écartés, complètement absorbée par un téléfilm d’M6 (oui celui de 13h30 !).

On attaque le 4ème pot de vernis : un rose pastel, légèrement transparent, qui va me permettre de cacher la délimitation entre le blanc et le reste de l’ongle. Là je m’en donne à cœur joie. Je n’ai pas besoin d’autant de concentration que pour la phase critique précédente. Suffit de maitriser les tremblements (cf mon hygiène alimentaire durant la séance) et de ne pas accrocher les ongles. Sinon, pas de seconde chance, retour direct à la case départ sans prendre les 20 000 F !!!

Bon ben là, je vous la met dans l’mille : on sèche ! La poule bat des ailes, écarte les doigts en éventail les bras bien tendus, et fume, et boit, et verse sa larmichette quand Günther quitte Doris pour épouser Natacha la gentille qui l’aime secrètement depuis des années.

On attaque le deuxième téléfilm d’M6 quand c’est l’heure de la seconde couche de rose pastel. Toujours pareil, soyons pleine de précaution, c’est vraiment pas le moment de merder !

Et hop… re-phase de séchage ! Je vous épargne le schéma, vous le connaissez maintenant. Et comme nous en sommes déjà à la 5ème couche de vernis, ça fait long le séchage !

C’est sec ? Impeccable ! Vous êtes maintenant prête pour l’ultime couche, la cerise sur le gâteau, le pompon de la fête, le cul de la crémière : la couche de protège vernis, +100% de tenue ! Car oui ! Quand on protège ses ongles, on protège aussi son vernis ! Une couche transparente qui augmente la brillance de vos ongles (et la durée de séchage CQFD !).

On l’applique donc avec un sourire de satisfaction intense (oui on tient le bon bout, on peut le faire !). De toute façon pour le séchage, nous reste la fin du second téléfilm.

Alors on s’accroche sur les dernières minutes : faut pas céder à tapoter sur le clavier du PC, on ne passe pas l’aspirateur pour s’occuper, interdiction formelle de couper du pain (la farine, les miettes voleront sur vos ongles pour foutre votre manucure en l’air), c’est le meilleur moyen de réduire à néant des heures de travail ! On s’en tient aux activités autorisées et préparées au préallable : boire thé, café, vin, regarder la télé, fumer des cigarettes (attention aux cendres qui volent) !

Et là messieurs (oui pour ceux qui seront arrivé à ce niveau de l’article) vous comprenez mieux pourquoi, après 6couches de vernis, quand vous rentrez et trouvez madame battant des ailes devant la télévision et que vous lui demandez si elle peut faire ci ou ça elle vous répond : « désolée chéri, je ne peux pas je sèche ! »

Publicités

3 Réponses to “Je ne peux pas, je sèche”

  1. lapetitetooliedanslaprairie 21/10/2010 à 11:26 #

    mais tu es bien une espèce de fille !!!
    Alors dans la rubrique truc et astuces :
    – on plonge ses doigts dans le l’eau fraiche ça permet de sécher la surface
    – on prend le sèche-cheveux pour en faire un sèche-ongles
    Et c’est là que je vais vous mettre la haine : un vernis met entre 7 et 8 pour sécher COMPLÈTEMENT !
    Vous comprendrez donc 2 fois mieux messieurs

  2. Mwa 21/10/2010 à 20:48 #

    Entre 7 et 8 quoi ? Verres de vin ? Par vernis ? Ca explique pourquoi les gourgandines manucurées ont l’air d’être dans un autre monde…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :