Archive | Craquage RSS feed for this section

Du neuf !

29 Déc

Ça y est ! J’ai bien crié dans l’oreiller ! Je confirme ce qui fut dit au préalable : ça ne change rien, mais qu’est-ce que ça soulage temporairement ! Bref, ça ne change rien au fait qu’une telle stimulation de mes cordes vocales m’ait poussée à être inspirée ! Oui, il va y avoir du changement, du neuf, on va changer l’emballage du cadeau !

Tu n’as pas compris ? Ben en fait, on sort la tablette de chocolat et on lui un autre papier. Dedans c’est la même, mais le packaging est différent ! Parce que ça fait du bien de passer chez le coiffeur pour changer de tête ! Du coup, le blog va changer de tête. Ça me coûte bien moins cher qu’une coupe-couleur. Bien que s’occuper un peu de ma somptueuse… magnifique… hum… tignasse, ne me ferait pas de mal (au contraire !).

Du coup, on va mettre un peu de couleur, un peu de… Oh et puis, tu sais quoi ? On s’en fout, on va juste attendre que ça me plaise. Hein, ça sera un bon début. Et puis, peut-être que je te demanderai ton avis. Après tout, si tu passes par là, il faut aussi que ça te plaise ! Alors on verra, mais peut-être que potentiellement tu pourras éventuellement donner une opinion hypothétique sur le sujet !

Allez zou, je file commencer à y réfléchir ! C’tout pour le moment !

Raz le bol

29 Déc

Oui ça y est, j’en ai marre. Je ne peux pas vous raconter tout ce que je veux. Techniquement oui, mais dans les faits non ! C’est vrai, je commence tranquillement à partir et à raconter des histoires etc. Et au final quand je croise quelques lecteurs qui me connaissent, les conversations commencent par : « Tu ne m’avais pas dis que ceci cela… » Bref, une catastrophe ! Me voilà en train de m’excuser, d’expliquer que non, ce n’est pas vraiment ce qui s’est passé, qu’il y a beaucoup de second degré. Oui c’est romancé… D’ailleurs un peu vexant que tu te pose la question. Enfin je veux dire ? J’ai leur d’être comme ça ?

Et me voici bien dans l’embarras. Je me sens bridée, incomprise… Ô douleur intenable, sentiment d’insatisfaction perpétuel. Que faire pour libérer mon esprit et soulager ma conscience ? Haaaaaa !

J’ai donc choisi de crier un peu ! Après tout, ça n’a jamais fait de mal. Et puis même si la catharsis n’est pas une solution ça fait quand même du bien de péter son câble en paix !

Du coup, voilà, c’est fait, je ne te parlerai pas de ça. Ni de ça. Encore moins de ça. Quant à ça, on va vite oublier ! Et les poules seront bien gardées !

Toussaint

2 Nov

Ouais au début, je me suis dit que j’allais faire un article en accord avec le calendrier. Puis finalement non. Non parce que : je n’ai pas fait le tour des cimetières. Non parce que : mon repas de famille n’a rien donné d’extraordinaire admettant que je puisse vous en parler. Non parce que : finalement ça me fait chier de suivre le calendrier !

Alors du coup, je vais parler d’un problème primordial aujourd’hui ! Non, je ne vais pas parler de la faim dans le monde. Bien que si je finis Miss France, c’est évidement ce que je viendrai à souhaiter, ainsi que l’on trouve un vaccin contre le cancer et le sida, qu’il n’y ait plus de gens pauvres, que tout le monde soit beau et gentil.

Lire la suite

Microcosme mon ami !

28 Sep

Bon faut dire ce qui est, depuis mi-juillet, je néglige complètement cette chose répulsive que l’on appelle ménage ! Ma vaisselle s’entasse. J’ai adopté une nouvelle technique : empiler les tasses et les verres, jusqu’à ce qu’ils atteignent le robinet (oui je ne me nourris que de liquide : café, thé, café, infusion, café). Même si je suis une grande consommatrice de liquide, cela me prend tout de même plusieurs semaines pour en arriver là.

C’est dans ces moments que je me redécouvre une vocation pour la biologie : je crée un microcosme dans mon évier ! Oui oui oui, les bactéries se multiplient, prennent vie. Une couche de moisissure se crée en surface des étendues d’eau dans les tasses. Les petits moucherons qui volaient au dessus de ma poubelle rejoignent les point humides et entament une danse au dessus du dit évier.

J’ai donc installé un point d’observation. Il faut environ deux à trois semaines avant l’apparition des points verdâtres qui croissent assez rapidement. C’est magnifique, enrichissant scientifiquement, mais pas assez pour justifier auprès de mon entourage que je ne détruise ce microsystème !

Une fois l’idée de détruire la vie que j’avais créée acceptée, je badigeonne le tout de liquide vaisselle, fait couler le château Lapompe et attends minimum une heure que les bulles attaquent le microcosme ! J’enfile mes gants mappa de bourreau, sort mon arme éponge, et entame deux longues heures de génocide !

Juste au cas où vous vous posiez la question : le fait qu’il ne me reste plus aucune tasse propre dans mon placard n’est en aucun cas rentré en compte dans ma décision de capituler en lançant le génocide ! Je suis avant tout une scientifique !

Bref, le problème d’un acte d’une telle barbarie, de violence et d’inhumanité, c’est qu’il lance en nous une machine à tuer ! Je n’ai pas su résister ! J’ai dans la foulée, empoigné les armes ! J’ai aspiré, passé la serpillère, récuré la cuisine, la salle de bain, les WC, vidé les poubelles, lavé le four (qui n’a encore jamais servi !!!), le frigo, les cendriers… J’ai MEME fait les carreaux… J’ai réduis à néant toute autre vie que la mienne au sein de mon appartement.

Je viens d’assouvir une pulsion meurtrière. Je suis lessivée, affalée sur mon canapé. J’ai sur les mains l’odeur du détartrant… Je suis coupable de crime contre les bactéries. Et pourtant, je me sens apaisée. J’ai pleinement conscience de la monstruosité de mes actes. Mais après 3h de carnage, il n’y a plus une bactérie pour témoigner à mon procès !